Auto

ELMS 2020 : IDEC SPORT termine 7ème du Castellet 240

Malgré des conditions compliquées tout au long du week-end, Paul Lafargue, Paul-Loup Chatin et Richard Bradley ont été chercher une septième position au volant de l’Oreca #28 IDEC SPORT.
La LMP3 a également connu une météo dantesque en Michelin Le Mans Cup mais Patrice Lafargue et Stéphane Adler ont pu prouver leur habileté derrière le volant.

Si l’Oreca #28 IDEC SPORT termine à la septième place du Castellet 240 (240 minutes), ce résultat encourageant ne reflète pas la performance réelle de l’écurie française. Beaucoup de positif est à retenir de cette deuxième course disputée sur le circuit Paul Ricard, en partie de nuit, comme l’explique le directeur sportif Nicolas Minassian : « Clairement on aurait pu faire mieux que septièmes mais c’est ça le sport automobile. Nos mécanos ont été supers, les ingénieurs bossent comme des malades et les pilotes donnent tout. Il faut juste ajuster un ou deux détails pour revenir à notre niveau de l’année dernière. Mais c’est un championnat très compétitif, probablement l’un des plus compétitifs au monde et je suis vraiment fier de toute l’équipe. »

Ces mots ont une réelle valeur dans la bouche de l’ancien pilote professionnel, qui sait reconnaître lorsque le travail est accompli.
IDEC SPORT avait effectivement très bien réglé l’Oreca #28 lors des essais mais une petite erreur en qualifications a endommagé le train de pneus de cette séance.

C’est Paul Lafarge qui prend le départ à 18h30 derrière le safety-car depuis la 12ème position, la piste étant trop humide. C’est après deux tours que les pilotes sont lâchés et Paul Lafargue a une nouvelle fois démontré qu’il était l’un des meilleurs « silver » du plateau.
« Paul a roulé comme un pro au départ de la course, sur une piste détrempée. Il a montré son niveau, sa vitesse et a commis peu d’erreurs, » fait remarquer Nicolas Minassian.

« Paul-Loup Chatin a également roulé très vite tout au long de son relais. On a passé les pneus slicks au bon moment mais il fallait avoir un pilotage très fin pour performer. Richard Bradley était lui aussi intenable mais on lui a demandé de ralentir pour économiser de l’essence pour ne pas avoir à faire un dernier arrêt. Il a respecté les consignes et s’est monté très professionnel comme d’habitude. »
Richard Bradley franchit la ligne d’arrivée à la septième place après quatre heures de course.

« Il y a beaucoup de positif, la voiture avait le rythme, les pit-stops étaient parfaits, On a vraiment emmagasiné pas mal de données. On va travailler et arriver au Mans encore plus forts. On est toujours le team IDEC SPORT que tout le monde connaît, une grande famille, passionnée, et on est morts de faim, » prévient Nicolas Minassian.

Conditions compliquées en Michelin cup,
Pour sa toute première sortie officielle en meeting, la LMP3 IDEC SPORT a fait face à un véritable déluge et une piste détrempée en qualifications comme lors de la course de deux heures. Patrice Lafargue et Stéphane Adler se sont montrés habiles et ont ramené la voiture en bon état.
« Il ne faut pas oublier qu’on a deux pilotes « bronze », qui sont bons, mais les autres teams ont en général un pilote pro dans leur équipage et à la fin ça fait une différence. Stéphane et Patrice ont très bien géré et sont restés sur la piste malgré le déluge. Ils ont ramené la voiture, comme on leur avait demandé même si Patrice a fait un relais très compliqué en aquaplaning constant. »
La Ligier #75 IDEC SPORT passe sous le drapeau à damier en vingtième position.IDEC SPORT va désormais se concentrer sur son plus gros défi de l’année : les 24 du Mans.
L’édition 2020 aura lieu les 19 et 20 septembre, à huis clos. 
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
odio Sed et, id, fringilla mattis eleifend libero
IDEC SPORT

GRATUIT
VOIR